L’Eure-et-Loir et le Loir-et-Cher s’ouvrent à la Garantie jeunes
 

L’Eure-et-Loir et le Loir-et-Cher s’ouvrent à la Garantie jeunes

par Direccte Centre-Val de Loire. Le 15/02/17 15:22. Localisation : 28,41.
|
En 2017, les jeunes d’Eure-et-Loir et du Loir-et-Cher en situation de précarité, sans emploi, ayant arrêté leurs études et ne suivant pas de formation, pourront bénéficier de ce dispositif qui est généralisé à la France entière.

Le dispositif, généralisé à compter du 1er janvier 2017 sur l’ensemble du territoire par la loi Travail, donne la possibilité à des jeunes NEET (Not in Education, Employment or Training = ni étudiant, ni employé, ni stagiaire) de bénéficier, sur une durée d’un an, d’un accompagnement social et professionnel intensif ainsi que d’une garantie de ressources (allocation forfaitaire mensuelle d’un montant maximal de 470,95 €).

Fin 2016, 2 341 jeunes étaient entrés dans le dispositif Garantie Jeunes depuis son lancement en mai 2015 dans le Cher, puis dans l’Indre et l’Indre-et-Loire 4 mois plus tard et enfin dans le Loiret en septembre 2016.

 

Immersion en entreprise

Cet accompagnement est mis en œuvre par les Missions locales. Il est composé, en fonction des besoins et du projet du jeune, de périodes de formation et de mises en situation professionnelle. En effet, chaque jeune s’engage à s’impliquer tous les jours de la semaine dans son parcours d’insertion qui doit le conduire rapidement, dès le 2ème mois si possible, à une première immersion dans le monde du travail. De fait, 82 % des jeunes accueillis à ce jour en région Centre-Val de Loire avaient quitté leurs études avec un niveau de formation au plus équivalent à un BEP ou à un CAP et n’avaient donc que peu d’expérience du monde du travail.
L’immersion en entreprise est la marque de fabrique de la garantie jeunes et c’est la clef de son succès. Cette immersion, 54 % des jeunes suivis en région l’ont réalisée via une période de mise en situation professionnelle, 30 % via un CCD de courte durée (moins de 6 mois) ou dans le cadre d’une mission d’intérim ou d’un emploi saisonnier, 7 % dans le cadre d’un emploi aidé (Contrat Unique d'Insertion - CUI ou emploi d’avenir) et 4 % dans le cadre d’un CDD de plus de 6 mois ou d’un CDI.

 

Des moyens en hausse

Le budget consacré par l’Etat à la Garantie jeunes en 2017 est en augmentation de 77 % par rapport à celui mobilisé en 2016 et atteint désormais 498,54 millions d’euros. sur le plan national. La dotation que l’Etat verse aux Missions locales, en dehors du cadre de la Garantie jeunes, progresse également. Elle augmente de plus de 14 millions d’euros entre 2016 et 2017, soit une hausse de plus de 7 %.

 

Premiers résultats encourageants

Au 31 décembre 2016, 338 jeunes de la région étaient sortis du dispositif après en avoir été bénéficiaires. Un tiers d’entre eux étaient en emploi à l’issue de leur parcours en garantie jeunes, 8 % étaient en formation et 2,4 % suivaient une formation en alternance.
Un autre tiers se retrouvait demandeurs d’emploi sans situation et enfin un quart, également sans situation précise à leur sortie, avaient pu toutefois bénéficier de 4 mois d’immersion en entreprise grâce à la Garantie jeunes.

 

Aller plus loin :

Lire l'article dans son intégralité sur le site de la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte)

 

 

Crédit photo : Fotolia

Les + d'Etoile

Vendredi 4 mars 2022 de 10 h à 12 h 15 | en webinaire Teams : 8ème "conférence-débats" organisée par le Gip Alfa Centre-Val de Loire dans le cadre du Pacte régional d’investissement dans les compétences.

Mardi 6 juillet 2021 de 14h à 16h | en webinaire Teams : 6ème "conférence-débats" organisée par le Gip Alfa Centre-Val de Loire dans le cadre du Pacte régional d’investissement dans les compétences.

L'obligation de formation des 16-18 ans constitue une des 31 actions de la "stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté" créée en juillet 2019, par la Loi de "l'école de la confiance", confirmée dans le plan "1 jeune, 1 solution".

Depuis la rentrée 2020, afin qu'aucun jeune ne soit laissé dans une situation où il ne serait ni en études, ni en formation, ni en emploi, l'obligation de se former est prolongée jusqu'à l'âge de 18 ans.