Covid-19 | Impact économique sur les secteurs d'activité et l'emploi en France et en région
 

Covid19 | Impact économique sur les secteurs d'activité et l'emploi en France et en région

par Orfe (CF). Le 13/01/21 14:56.
|
Sommaire
La pandémie de Covid19 s’est traduite en France et en Centre-Val de Loire par un choc brutal et généralisé à l’ensemble des activités économiques.
Mise à jour de décembre 2020 : 8 mois après la sortie du premier confinement, cet article fait le point sur les pertes d’activité économique et le marché du travail.

Le tableau de bord ci-dessous, réalisé à partir des principales données de la Dares, de l’Insee, de l’Unedic et de Pôle emploi, a donc pour objectif d’éclairer la situation à partir des informations les plus récentes.

 

L’impact économique sur les secteurs d’activité en France

La consommation des ménages (Insee, 8 janvier 2021)

 

La consommation des ménages en biens chute lourdement en novembre (- 18,9 %) après un rebond observé en octobre (+ 3,7 %).
 


Source : Insee
Lien vers le tableau de bord de la conjoncture de l’Insee du 8/01/2021

 

Dans l’ensemble, un recul notable de l’activité au mois de novembre, mais toutefois moindre qu’en avril dans toutes les branches (Insee, 15 décembre 2020)

 

L’activité économique a chuté de manière inédite au deuxième trimestre 2020, à – 18,9 % en écart au quatrième trimestre 2019, puis un fort rebond a ramené cet écart à – 3,7 % au troisième trimestre. Le dernier trimestre de 2020 est marqué par une deuxième vague épidémique et la mise en place, fin octobre, d’un nouveau confinement de la population, avec des modalités toutefois un peu moins contraignantes et une durée moindre qu’au printemps. L’écart d’activité avec le niveau d’avant-crise se serait à nouveau creusé en novembre, à – 12 %, mais de façon moindre qu’en avril (– 31 %).

 

 

Consommation d’électricité selon le type de client Enedis (écart par rapport au niveau moyen de chaque type de consommation, corrigé des températures, des jours ouvrés et des mois), en % :
 

Source : Insee
Lien vers la note de conjoncture de l’Insee "Activité économique" du 15/12/2020
 

 

Au quatrième trimestre, l’activité se dégraderait, notamment dans les services les plus directement affectés par le confinement, mais résisterait davantage dans l’industrie et la construction (Insee, 15 décembre 2020)


Depuis le Point de conjoncture du 2 décembre 2020, de nouvelles remontées statistiques sur le mois d’octobre ont conduit à réviser légèrement la perte d’activité, à – 3 % par rapport à son niveau d’avant-crise (contre – 4 % dans le dernier Point). Le scénario de fin d’année est similaire, à l’exception des nouvelles annonces sur la réouverture différée des activités culturelles. Toutefois, l’estimation, pour les mois de novembre et décembre, resterait à respectivement – 12 % et – 8 % de perte d’activité par rapport au niveau d’avant-crise. La perte serait de – 8 % sur l’ensemble du trimestre. Les branches les plus directement concernées par les mesures de restrictions de novembre (hébergement-restauration, services de transports, activités de loisirs…) auraient enregistré les plus fortes baisses, malgré des adaptations partielles au cadre réglementaire (graphiques 6 et 7). À l’inverse, les branches moins directement exposées à ces mesures (industrie, construction, activités scientifiques et de soutien) auraient été moins affectées, bien que les anticipations négatives sur la situation globale et les interdépendances avec des branches directement impactées aient pu peser sur leur activité.

 

Prévision détaillée de perte d’activité par trimestre et de croissance annuelle en écart au niveau d’avant-crise (quatrième trimestre 2019), en % :
 

Source : calculs Insee à partir de sources diverses
Lien vers la note de conjoncture Insee "Activité économique" du 15/12/2020
 

Comparaison des pertes d’activité par branche estimées pour avril et novembre puis prévues pour décembre (écart avec l’activité du quatrième trimestre 2019), en % :

 

Lien vers la note de conjoncture Insee "Activité économique" du 2/12/2020

 

L’impact économique sur l’emploi en France

Le recours à l’activité partielle a permis d’amortir la chute de l’activité au deuxième trimestre (Insee, 17 novembre 2020)


Au deuxième trimestre 2020, le volume de travail rémunéré par les entreprises du secteur privé a reculé de 22 % par rapport au deuxième trimestre 2019, après − 3 % au premier trimestre. Au plus fort de la crise, en avril 2020, la baisse a atteint 33 %. L’assouplissement, au début de l’été, des mesures d’endiguement de l’épidémie, a permis la reprise de l’activité dans de nombreux secteurs mais le niveau est resté au-dessous de son niveau "normal" ; ainsi en septembre 2020, le volume d’heures rémunérées est demeuré inférieur de 5 % à son niveau de l’année précédente.

 

Evolution sur un an du volume de travail rémunéré selon le secteur d’activité (glissement annuel), en % :
 

Source : DSN - traitement provisoire Insee
Lien vers la note de conjoncture Insee "Volume de travail rémunéré par les entreprises" du 17/11/2020

 

Evolution de l’emploi intérimaire par secteur d’activité sur un an (Dares)

 

 

- 6,9 % d’emplois intérimaires en un an, d’octobre 2019 à octobre 2020, soit - 54 000 intérimaires.


Fin octobre 2020, 730 000 personnes occupent un emploi intérimaire (données provisoires, corrigées des variations saisonnières).


Pour le sixième mois consécutif, l’intérim continue à progresser en octobre (+ 20 000 missions par rapport à septembre, soit + 2,9 %), sur un rythme proche du mois précédent (+ 21 000 soit + 3,1 %). Le nombre d’intérimaires se situe ainsi à 92 % du niveau qui prévalait fin février 2020, avant la crise sanitaire liée à la Covid-19.

 

Evolution de l’emploi intérimaire par secteur :

 

Source : Dares

Lien vers les données intérimaires de la Dares du 9/12/2020

 

Evolution des déclarations d’embauches (Acoss, octobre 2020)


Sur un an (T3 2019 à T3 2020), le nombre d’embauches de plus d’un mois reste en baisse de 4,2 %, sous l’effet de la diminution des embauches en CDI (- 9,3 %). Celles en CDD de plus d’un mois progressent légèrement (+ 0,8 %, après - 41,4 % au deuxième trimestre). Le nombre de déclarations d’embauche de moins d’un mois reste en net recul sur un an (après la chute de 62 % au trimestre précédent). Au total, le nombre de déclarations d’embauche hors intérim affiche une diminution de 18,5 % sur un an.

 

Evolution des déclarations d’embauches hors intérim de plus d’un mois (glissement annuel) :
 

Source : Acoss-Urssaf
Lien vers Conjoncture Acoss-Stat d'octobre 2020

 

Evolution des demandes d’activité partielle (Dares, DGEFP - 8 décembre 2020)
 

Nombre de demandes d’autorisation préalable (DAP) d’activité partielle par jour, dans la semaine :

 

* Semaine du reconfinement
Source : ASP-DGEFP-Dares – Extraction du SI APART du 7 décembre 2020, s’arrêtant aux données du 06/12/2020 - calculs Dares

Lien vers le tableau de bord Dares du 8/12/2020

 

Les secteurs concernés par les demandes d’activité partielle (Dares, DGEFP – 5 janvier 2021)

 

Répartition sectorielle des salariés couverts en avril 2020, novembre 2020 et janvier 2021 par une demande d’autorisation préalable (DAP) d’activité partielle :

 

Source : ASP-DGEFP-Dares – Extraction du SI APART du 4 janvier 2021, s’arrêtant aux données du 3 janvier 2021 - calculs Dares

Lien vers le tableau de bord Dares du 5/01/2021

 

Situation sur le marché du travail (Dares, décembre 2020)


Evolution du nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A en novembre 2020


+ 0,9 % sur un mois, soit 34 400 demandeurs d’emploi de plus par rapport à octobre 2020.
Au total, 3 828 200 demandeurs d’emploi de catégorie A en France métropolitaine en novembre 2020. Au cours des trois derniers mois, le nombre de demandeurs d’emploi (catégorie A) a augmenté de 6,2 %.


Evolution par tranches d’âge entre septembre et novembre 2020 :

 

Source : STMT – Pôle emploi, Dares
Accès aux données de la Dares publiées le 28/12/2020

 

Evolution du nombre de demandes d’inscription à Pôle emploi (Dares, 5 janvier 2021)

 

Lien vers le tableau de bord Dares du 5/01/2021

 

Evolution du nombre d’offres d’emploi en ligne (Dares, 5 janvier 2021)


Sur un panel d’une quinzaine de sites suivis par la Dares, le nombre d’offres d’emploi en ligne publiées du 28 décembre 2020 au 3 janvier 2021 se situe à 42 % du niveau précédant l’annonce du second confinement (semaine du 19 au 25 octobre).
 

Lien vers le tableau de bord Dares du 5/01/2021

 

Impact sur les organismes de services à la personne (Dares, 23 novembre 2020)

 

La Dares a réalisé, en concertation avec la direction générale des entreprises (DGE), une enquête flash auprès des organismes de services à la personne (OSP), afin de recueillir des informations relatives à l’impact du premier confinement sur ces activités.
Il en ressort qu’entre le 15 mars et le 15 mai 2020, 33 % ont suspendu ou cessé leur activité, et 48 % ont diminué leur nombre d’interventions. Les OSP de petites tailles (moins de 10 intervenants) ont été davantage exposés aux arrêts d’activité : 41 %, contre 16 % des structures de plus de 10. La raison la plus fréquemment invoquée en cas de cessation ou de diminution d’activité est le refus par le bénéficiaire de l’intervention à son domicile. Les activités les plus touchées ont été le soutien scolaire, les cours à domicile et l’assistance informatique à domicile.
Les services d’assistance et d’accompagnement sont les services qui ont été les moins souvent interrompus du fait notamment du maintien des soins aux personnes âgées et/ou en situation de handicap. La livraison de repas ou de courses a même progressé.

 

Lien vers les résultats de l'enquête Dares


Impact sur l’emploi (OFCE, 6 mai 2020)


Le choc de confinement affecte 9,1 millions d’emplois.
Parmi eux :

 

  • 2,1 millions sont touchés par les fermetures obligatoires (dont 330 000 non-salariés et 40 000 salariés en contrat court de moins d’un mois)
  • 1,6 million de salariés et 100 000 non-salariés sont en garde d’enfant à la suite de la fermeture des écoles
  • 7,9 millions d’emplois salariés, soit 33 % des emplois salariés, et 400 000 non-salariés (14 %) pourraient être concernés par la mise en place du télétravail (hors commerces fermés)

 

À l’inverse, 18,5 millions d’emplois ne pourraient pas profiter de la pratique du télétravail.


Lien vers l’étude

 

Les chiffres clés pour la région Centre-Val de Loire (Insee)

Evolution de l’emploi salarié en France (hors Mayotte) et en région

 

Après une chute au premier semestre, l’emploi salarié privé en France rebondit de 1,8 % au troisième trimestre 2020 (estimation flash).
En région Centre-Val de Loire, l’emploi salarié total diminue de 0,5 % au deuxième trimestre 2020, contre une baisse de 0,9 % en France.

 

Evolution de l’emploi salarié privé en France (hors Mayotte) :

 

Source : Insee

Lien vers le tableau de bord Conjoncture national de l’Insee du 8/01/2021

 

Evolution de l’emploi salarié total et privé en France et en Centre-Val de Loire :

 

Source : Insee
Lien vers la note de conjoncture régionale du 2ème trimestre 2020 du 02/11/2020

 

Evolution de l’emploi salarié par secteur d’activité en région


Au deuxième trimestre 2020, les secteurs d’activité les plus touchés par les pertes d’emploi sont le tertiaire marchand hors intérim (- 1,6 %), l’industrie (- 1 %) et le tertiaire non marchand (- 0,8 %). A noter une diminution de 0,7 % dans le commerce. A l’inverse, l’emploi reste stable dans le secteur de la construction par rapport au 1er trimestre 2020.

 

Evolution de l’emploi salarié en région Centre-Val de Loire par secteur d’activité :
 

 

Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee
Lien vers la note de conjoncture régionale du 2ème trimestre 2020 du 02/11/2020

 

Evolution de l’emploi par département


Au 2ème trimestre 2020, tous les départements de la région sont concernés par la diminution de l’emploi salarié total. Le Cher (- 0,8 %) et l’Eure-et-Loir (- 0,7 %) sont les plus touchés, suivis de l’Indre (- 0,6 %) et du Loir-et-Cher (- 0,6 %). Seuls le Loiret (- 0,4 %) et l’Indre-et-Loire (- 0,3 %) subissent une baisse plus modérée que la moyenne régionale (- 0,5 %) au cours de ce trimestre.

 

Evolution de l’emploi salarié total par département (en fin de trimestre) :

 

Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee
Lien vers la note de conjoncture régionale du 2ème trimestre 2020 du 02/11/2020

 

Evolution de l’emploi intérimaire

 

Au 2ème trimestre 2020, l’emploi intérimaire repart à la hausse en région (+ 22 %) comme au niveau national (+ 23 %). L’évolution de l’intérim est variable d’un département à l’autre. L’Indre-et-Loire et l’Indre enregistrent les plus fortes progressions (respectivement + 32,9 % et + 27,4 %), alors que la hausse est moins rapide dans le Loiret (17,5 %) et l’Eure-et-Loir (15,7 %).

 

Evolution de l’emploi intérimaire en région et en France :


 

Sources : Insee, estimations d'emploi ; estimations trimestrielles Acoss-Urssaf, Dares, Insee
Lien vers la note de conjoncture régionale du 2ème trimestre 2020 du 02/11/2020

 

Evolution du nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A en novembre 2020

 

+ 1,5 % sur un mois, soit 1 760 demandeurs d’emploi de plus par rapport à octobre 2020. 122 690 demandeurs d’emploi de catégorie A en région en novembre 2020.
Au cours des trois derniers mois, le nombre de demandeurs d’emploi a progressé de 0,3 % en région, et de 6,2 % en France métropolitaine.

 

Evolution par tranches d’âge entre septembre et novembre 2020 :

 

Source : STMT – Pôle emploi, Dares
Accès aux données de la Dares publiées le 28/12/2020

 

Evolution des offres d’emploi collectées par Pôle emploi (Dares, 28 décembre 2020)
 

Source : STMT, Pôle emploi-Dares

Accès aux données de la Dares

 

Les + d'Etoile

Mise à jour de décembre 2020 : 8 mois après la sortie du premier confinement, cet article fait le point sur les pertes d’activité économique et le marché du travail.

Mise à jour de novembre 2020 : 7 mois après la sortie du premier confinement, cet article fait le point sur les pertes d’activité économique et le marché du travail.

Les journées conférences-débats sont des temps d'échanges organisés par le Gip Alfa Centre-Val de Loire dans le cadre du Pacte régional d’investissement dans les compétences.

Conséquence de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel de 2018 et du transfert de la compétence d’information sur les métiers et les formations aux Régions, les missions des délégations régionales de l’Onisep évoluent.

Mise à jour d'octobre 2020 : 6 mois après la sortie progressive du confinement, cet article fait le point sur les pertes d’activité économique et le marché du travail.

Dans le cadre du Pacte régional d’investissement pour les compétences 2019/2022, la Région Centre-Val de Loire a souhaité expérimenter un nouveau dispositif de formation : le chantier formation.

Mise à jour de septembre 2020 : 5 mois après la sortie progressive du confinement, cet article fait le point sur les pertes d’activité économique et le marché du travail.

Mise à jour d'août 2020 : 4 mois après la sortie progressive du confinement, cet article fait le point sur les pertes d’activité économique et le marché du travail.

Mise à jour de juillet 2020 : deux mois après la sortie progressive du confinement, cet article fait le point sur les pertes d’activité économique et le marché du travail.

Le Gip Alfa Centre-Val de Loire propose un cycle de professionnalisation à destination des acteurs de l'orientation, l’insertion et l’emploi sur des thématiques clés des métiers de l’information et de l’orientation tout au long de la vie.