Le guide Repères pour la mise en oeuvre du CEP : bonnes pratiques et points de vigilance
 

Le guide Repères pour la mise en œuvre du CEP : bonnes pratiques et points de vigilance

par GIP Alfa Centre-Val de Loire (MC). Le 02/02/16 16:34.
|
Le Conseil national, de l'emploi, de la formation et de l'orientation professionnelles (CNEFOP) a publié en novembre 2015 un guide destiné à outiller les professionnels pour la mise en œuvre du Conseil en Evolution Professionnelle.

Figurent, parmi les différentes thématiques abordées, plusieurs points de vigilance qui ponctuent le guide et illustrent, au travers de situations concrètes, définitions et textes législatifs, permettant ainsi aux conseillers CEP d’affiner leur pratique sur :

 

Le cadre opérationnel


Le CEP n’intervient pas seulement en situation de projet formation, il peut également être sollicité dans un projet d’évolution de poste ou de carrière, qui ne nécessite pas une reprise de formation professionnelle. De même, et ce afin d’alléger les démarches administratives des bénéficiaires, le CEP ne doit pas être un passage obligé lorsque le projet de formation est abouti. L’opérateur intervient alors en tant que financeur (et non CEP).


Le rôle du conseiller CEP est essentiel dans la prévention de l’échec d’un projet formation ou reconversion. Son expérience, tant des dispositifs que du tissu socio-économique du territoire, alimente la réflexion du bénéficiaire quant aux possibilités concrètes de réalisation du projet.


Une synthèse est impérativement remise au bénéficiaire en fin de prestation. Ce document doit respecter un formalisme commun à tous les opérateurs.


Un focus permet aux conseillers de déterminer facilement l’opérateur de rattachement dans une situation où le bénéficiaire cumule plusieurs statuts (demandeur d’emploi/intérimaire par exemple). Consulter le tableau des statuts page 31.


La recherche de financement pour formation et/ou prestation doit privilégier en priorité les dispositifs de droit commun et ce pour tout type de public (demandeur d’emploi, salarié, travailleur handicapé). La possibilité d’aide individuelle à la formation n’intervient qu’en dernier recours. (L’annexe 14 recense les dispositifs de droit commun relatifs au financement de la formation).


Le principe d’abondement de 100 heures sur le Compte Personnel Formation n'est plus d'actualité à ce jour.

 

Les acteurs régionaux


Afin de garantir l’impartialité des pratiques, les opérateurs régionaux ne peuvent pas être organismes de formation ou prestataires de service associé.


Les structures labélisées SPRO (service public régional de l’orientation) sont en mesure de délivrer un service à minima équivalent au niveau I du CEP.


Les acteurs régionaux s’engagent à mettre en œuvre les moyens pour répondre au mieux aux besoins en formation professionnelle du territoire et à en simplifier l’accès.

Plusieurs fiches pratiques, proposées en annexe, complètent le guide en détaillant les différents champs d’intervention du CEP :

 

  • Le référentiel d’activité du CEP (annexe 3)
  • Les services mobilisables (annexe 4)
  • Les principes d’aiguillage vers le niveau 2 (parution à venir)
  • Les principales prestations mobilisables (annexe 11)
  • Les dispositifs de formation mobilisables (annexe 14)
  • L’ingénierie financière (annexe 16)

 

Pour aller plus loin :

Télécharger le guide Repères (pdf - version mars 2017 - 27 Mo)

Les + d'Etoile

Le droit à la formation des salariés évolue. Pour accompagner les TPE-PME, le ministère du Travail met à disposition des employeurs un guide pratique pour mieux comprendre la réforme.