Les métiers de la logistique
 

Les métiers de la logistique

par Scripto Sensu pour le GIP Alfa Centre.
|
Derrière le simple terme de "logistique" se cache toutes les activités liées à la circulation des marchandises. Les métiers sont nombreux dans ce secteur... et les opportunités aussi !

Avant le bac

  • Magasinier

Le magasinier prend en charge le déchargement des marchandises et leur réexpédition en entreprise et industrie. Il participe à la chaîne logistique. Le magasinier assure le stockage et le déstockage des articles destinés aux clients.
Formation : CAP agent d’entreposage et de messagerie, BAP pro logistique et bac pro transport, titre professionnel de magasinier cariste, titre professionnel (TP) de préparateur de commandes en entrepôt.

  • Agent de réception, agent de magasinage

Il ou elle assure tout ou partie de la réception, du stockage, de la préparation et de la distribution des marchandises. Cette activité exige fréquemment de la manutention à l’aide ou non d’engins. Il ou elle travaille en magasin, entrepôt ou sur un quai. Il ou elle doit faire preuve de rigueur, dans le respect des délais, dans le contrôle des marchandises, et la gestion de l’espace.
Formation : CAP agent d’entreposage et de messagerie, titre professionnel préparateur agent magasinier.

  • Cariste

Appelé aussi « manutentionnaire cariste », il déplace matériaux et produits sur le site, à la main ou à l’aide d’engins spéciaux de levage : transpalettes, tracteurs, grues, chariots... Tous les produits entrants et sortants passent entre ses mains.
Formation : le CAP agent d'entreposage ou de messagerie, le BEP logistique et commercialisation ou le bac pro logistique sont de plus en plus appréciés par les entreprises, titre professionnel cariste d’entrepôt.

  • Manutentionnaire

Il assure le déplacement de matériaux, de produits ou d’objets. Il charge et décharge des poids lourds, stocke des produits en magasin et alimente en marchandises certains postes de fabrication.
Formation : sans diplôme en se formant directement auprès d'un employeur ou le CAP maintenance des véhicules automobiles option véhicules industriels.

  • Opérateur logistique

Il participe à la fonction logistique de l'entreprise. Lors de la réception des marchandises, il les décharge et met les produits en stock. Lorsque les produits doivent être expédiés, il prépare les commandes et les dirige vers les postes de conditionnement et d'expédition. Formation : bac pro logistique, le BEP ou le CAP distribution et magasinage.

  • Préparateur de commande

Appelé aussi agent de logistique en magasinage, le préparateur de commandes assure la mise en cartons de produits commandés par un client. Il réalise ensuite l'étiquetage en vue de son expédition.
Formation : CAP agent d'entreposage et de messagerie, bac pro logistique, certificat d'aptitude à la conduite des engins de sécurité, titre professionnel préparateur de commandes.

Après le bac

  • Chef de quai

Il ou elle organise et veille aux opérations de réception, de dispatching (tri) et de livraisons de petits colis. Le ou la chef de quai manage une équipe de manutentionnaires dans le cadre d’activités de messagerie ou de transports express. Il ou elle choisit les méthodes de transport et de stockage appropriées.
En comptant des rations de productivité dans un souci d’optimisation des coûts, en veillant à la sécurité, au respect des délais et à la qualité de livraison. Il ou elle exerce son activité en magasin, chez les distributeurs (concessionnaires…), en entrepôt ou sur un quai, seul ou en équipe. Il ou elle utilise l’outil informatique pour la gestion des stocks.
Formation : bac pro transport ou logistique, BTS transport et prestations logistiques, titre professionnel technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique (TSMEL) ou TSTL de l’école ISTELI.

  • Gestionnaire des stocks

Il gère et optimise les stocks. Il définit et met en œuvre les plans d’approvisionnements dans les délais prévus. Il est en liaison étroite avec les fournisseurs et les transporteurs.
Formation : bac pro logistique, titre professionnel technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique, bac +2, DUT (Diplôme Universitaire de Technologie) gestion logistique et transport (bac +2).

  • Responsable d’expéditions

Il assure la réception, le stockage, la préparation et la distribution des produits semi-finis ou finis. Il gère également les flux de produits vers les clients.
Formation : DUT transport ou dans la transformation du bois. Possible également avec un BT, BTS, DUT industriels.

  • Responsable d’entrepôt

Il organise et coordonne les opérations de gestion des flux physiques, en optimisant le rapport qualité/coûts/délais. Il supervise le traitement des commandes et le stockage.
Formation : en apprentissage : DUT (Diplôme Universitaire de Technologie) gestion logistique et transport ; titre professionnel technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique (TSMEL) (bac +2), titre certifié responsable en logistique (bac +3). En professionnalisation : titre professionnel technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique) (TSMEL) (bac +2), titre certifié responsable en logistique (bac +3).

  • Responsable logistique

Le responsable logistique veille, dans une entreprise industrielle ou commerciale, à ce que le transport des marchandises qu'il supervise se fasse dans les meilleures conditions possibles. Il a pour objectif de réduire les stocks, les délais et les coûts.
Formation : Les diplômes universitaires, de la licence professionnelle au master 2, sont nombreux. BTS transport et prestations logistique, les DUT gestion logistique et transport (GLT), qualité, logistique industrielle et organisation (QLIO).

  • Supply chain manager

Il met en œuvre une politique de gestion des flux (matières, produits). Il coordonne et supervise toutes les étapes de la chaîne logistique depuis la planification, la fabrication et/ou les achats, la gestion des stocks, et le transport.
Formation : master 2 logistique, commerce, gestion.

  • Chef d’atelier (le chef d’atelier peut être aussi le chef de parc)

C’est un métier au cœur de l’atelier. Il ou elle gère l’atelier intégré à l’entreprise. Le chef d’atelier gère les commandes de stock des pièces des véhicules, assure ou fait assurer les réparations des véhicules, gère l’entretien périodique, les contrôles techniques et la mise en certifications des véhicules. Il ou elle a l’esprit d’équipe, de management, est autonome et disponible.
Formation : bac professionnel ou technologique avec expérience, bac pro maintenance de véhicules option « véhicules industriels » ou encore un BTS après-vente automobile option « véhicules industriels ».

  • Responsable d’exploitation

Placé sous l'égide d'un directeur de filiale ou d'un chef d'agence, le directeur d’exploitation met en œuvre les moyens techniques, humains, financiers et commerciaux pour assurer le bon déroulement des opérations de transport qui lui sont confiées et en optimiser les performances économiques et financières. La mission de responsable d’exploitation dépend de la taille et de l’activité de l’entreprise. Elle peut s’exercer dans le domaine du transport routier, maritime, aérien ou dans une combinaison multimodale des opérations.
Formation : BTS transport et prestations logistiques, DUT gestion logistique et transport, titre responsable production transport logistique de l'Institut Supérieur du Transport et de la Logistique Internationale (ISTELI), titre manager opérationnel transports et logistique de l'École Supérieure des Transports-CFAMT (EST-CFAMT), titre manager transport logistique et commerce international de l'ISTELI, mastère spécialisé management de systèmes logistiques de l’Institut International de Management pour la Logistique (IML).

  • Comptable gestionnaire

Le comptable gestionnaire peut assister un chef d’entreprise ou un contrôleur de gestion et il ou elle doit maîtriser à la fois les techniques de gestion financière et comptable, d’informatique de gestion, de gestion du personnel, d’analyse de prestation transport et logistique. En collaboration étroite avec son responsable de service ou la Direction, il ou elle sera amené à travailler avec l’ensemble des services de l’entreprise tels que l’exploitation, le commercial.
Formation : formation “ spécialisation aux techniques de gestion du transport ” de l’Institut de Gestion Comptable et Informatique du Transport (IGCIT) après un Bac +2, BTS comptabilité gestion.

  • Commercial transport

Il exerce en entreprise industrielle, commerciale afin de vendre la prestation de transport et de logistique de l’entreprise. Il gère la relation client dans sa globalité. Il ou elle le fait à partir de la définition de la stratégie commerciale de l’entreprise en relation avec l’exploitation et la direction. Il ou elle doit maîtriser les aspects techniques du domaine du transport.
Formation : en apprentissage : BTS transport et prestations logistiques, DUT gestion logistique et transport. En professionnalisation : BTS transport et prestations logistiques, DUT gestion logistique et transport, titre RPTL.

 

© Monkey Business - Fotolia.com

L'interview de...

Xavier Chauveau, responsable formation au sein du groupe de ressources humaines Partnaire.

20140115_metier_logistique_itv.jpg

Quelles sont les tendances en matière de recrutement dans le secteur ?
C’est un secteur qui se porte bien et recrute. Un nombre croissant d’industries font appel à de la sous-traitance logistique. La reconversion professionnelle est aussi possible dans ce secteur. Une formation de cariste ou de préparateur de commande ne prend seulement quelques semaines.

Comment les métiers de la logistique évoluent-ils ?
Avec les technologies comme en témoigne l’usage croissant de la reconnaissance vocale pour la préparation de commande. La notion d’auto-contrôle est aussi de plus en plus forte, les postes offrant souvent la possibilité d’intervenir sur l’ensemble de la chaîne, de la préparation de la commande jusqu’au contrôle et l’intégration des données dans le système informatique.

Quelles qualités vous semblent essentielles pour ces métiers ?
La disponibilité d'abord. Il faut être prêt à travailler en horaires décalés, le week-end. Ensuite, être prêt à utiliser des outils informatiques. Enfin, le savoir-être, bien évidemment.