« Le Visa est une bonne opportunité pour continuer à apprendre et conserver un rythme de travail »
 

« Le Visa est une bonne opportunité pour continuer à apprendre et conserver un rythme de travail »

par Kogito. Le 02/06/20 11:28. Localisation : 45.
|
En chômage partiel depuis le début de la crise sanitaire, Marthe-Mélanie a débuté un Visa Anglais Pro(fessionnel) à distance. Son témoignage.

"Avoir ouvert les Visas aux salariés en chômage partiel comme moi est une très bonne initiative qui peut aider énormément de personnes" assure Marthe-Mélanie. En tant que personne à risque face au Covid-19, cette animatrice qualité pour la société montargoise de ménage, "Le Propre du Nettoyage", est aujourd'hui en situation de confinement et de chômage partiel. "Quand les Ressources humaines ont annoncé que nous pouvions faire des formations Visas, j'ai sauté sur l'occasion. C'est une bonne opportunité pour continuer à apprendre mais aussi pour conserver un rythme de travail." Depuis le 10 mai, Marthe-Mélanie réalise donc un Visa Anglais Pro(fessionnel) avec AGAFOR (ELS de Montargis). "Cela faisait 15 ans que je n'avais pas pratiqué l'anglais. Mon objectif est d'acquérir les bases suffisantes pour tenir une conversation de tous les jours. L'anglais est une compétence intéressante à avoir à la fois personnellement et professionnellement" souligne-t-elle.

Le Visa de Marthe-Mélanie se déroule entièrement à distance. Sa semaine type s'articule en 4 temps. Le dimanche elle reçoit, comme 7 autres bénéficiaires, une première série de leçons et d'exercices. Puis, le mardi après-midi, un temps de classe virtuelle est organisé sur la plateforme Discord. Une autre série de leçons et d'exercices, davantage axée sur la communication orale, est alors donnée. Enfin, le vendredi, une dernière classe virtuelle permet aux apprenants de dialoguer entre eux, notamment via des jeux de rôle. "En parallèle, j'ai un parcours en ligne sur la plateforme Libres savoirs que je peux suivre en autonomie. C'est vraiment bien fait. Je trouve l'articulation des modules très fluide et j'apprécie l'autonomie que la plateforme apporte : tout en restant dans les modules de mon niveau, je peux choisir les points que je souhaite aborder et avancer à mon rythme. J'essaye de travailler au minimum deux heures chaque jour", précise l'apprenante. "Les deux premières semaines du Visa m'ont permis de redécouvrir des notions de bases, comme le possessif ou les pronoms, et d'acquérir du vocabulaire. En ce moment je révise les verbes et j'ai un exercice de compréhension orale sur le thème des vêtements."

"On est à la fois autonome et accompagné"

La formation à distance n'est pas un problème pour Marthe-Mélanie, au contraire : "J'aime bien travailler de chez moi, je suis plutôt introvertie et je me sens plus à l'aise qu'en salle de cours. De plus, je trouve les ressources pédagogiques vraiment bien adaptées et ludiques. Et puis je me sens accompagnée : dès que j'ai une question ou un problème ma formatrice répond dans la minute et on peut se fixer des rendez-vous téléphoniques très rapidement. Ce que j'aime vraiment avec cette formation c'est qu'on est à la fois autonome et accompagné." Après son Visa Anglais, l'animatrice qualité envisage de suivre un Visa Trois en un. Son objectif : perfectionner son français pour obtenir le Certificat Voltaire.