Les métiers du transport logistique recrutent en contrat de pro !
 

Les métiers du transport logistique recrutent en contrat de pro !

par Scripto Sensu pour le GIP Alfa Centre. Le 23/04/13 16:18. Localisation : 45.
|
Le contrat de professionnalisation dans le transport logistique permet d’obtenir un Bac + 2 tout en étant rémunéré... avec souvent, un emploi à la clé ! Le secteur recherche 50 futurs techniciens supérieurs et managers par an.

   Anthony Salord a décidé de se former en un an, au métier de technicien supérieur en transport et logistique.

 

 

Un secteur régional très dynamique

«L’image du transport logistique, c’est le métier de conducteur ou de cariste et c’est vrai pour 85 % des salariés du secteur, concède Patrick Gauvreau, directeur régional de l’AFT-IFTIM, organisme de formation en transport logistique. Mais les métiers évoluent au même rythme que les technologies de l’information et les besoins de traçabilité. Nous formons des exploitants capables de gérer les flux de marchandises mais aussi les flux d’informations les concernant». Les entreprises du transport et de la logistique recrutent aujourd’hui, tout particulièrement dans la région Centre où il existe de nombreuses plateformes. Mais ces métiers sont également recherchés dans les entreprises commerciales et industrielles.

50 places dès le niveau bac

«J’ai intégré la formation après un bac pro Transport, explique Anthony Salord, stagiaire technicien supérieur transport et logistique. La formation ne dure qu’un an, à la différence d’un BTS, et propose un concentré professionnel sans les matières générales». L’AFT-IFTIM propose deux titres de niveau bac + 2 en contrat de professionnalisation, ouverts aux bacheliers ou aux étudiants de niveau bac ayant une expérience dans le transport ou la logistique. À Orléans, la formation de technicien supérieur en transport et logistique prépare 20 étudiants en un an, pour des métiers de responsables d’exploitation transport par exemple. Avec 15 places à Tours et 15 places à Orléans, la formation de technicien supérieur en méthode d’exploitation et logistique se prépare en deux ans pour devenir, entre autres, responsable de service expéditions, responsable de dépôt ou encore technicien méthodes.

Rémunéré pendant la formation

« Avec le contrat de professionnalisation, j’ai un salaire et j’entre dans la vie active, dans une entreprise qui veut me garder à la fin de l’année en tant qu’exploitant », résume le jeune stagiaire. Il est aussi possible de poursuivre ses études jusqu’au bac + 6, notamment à l’Isteli, vers des métiers tels que responsable supply chain à l’international. Le transport logistique, un secteur qui bouge !

Liens utiles

Les plus d'Etoile