Auxiliaire de vie sociale et assistant(e) de vie
|

Auxiliaire de vie sociale et assistant(e) de vie

par Webmaster.
Le 10/04/06 22:41
Localisation : ,
des métiers tournés vers les autres

Auxiliaire de vie sociale

L’auxiliaire de vie sociale exerce au domicile de personnes fragiles, dépendantes ou en difficultés sociales. Cette intervention, ponctuelle ou répétées, permet aux personnes de se maintenir dans leur milieu de vie habituel et de garder ainsi leur autonomie et d’éviter une rupture de leurs liens sociaux. « « L’auxiliaire de vie sociale peut avoir à prendre en charge parfois des pathologies assez lourdes, explique Sophie Péan.
Ce métier mène à travailler avec tous les publics : familles, enfants, personnes âgées ou handicapées, personnes malades. Il n’y a pas de spécificité sur l’enfance ».Le diplôme d’état d’auxiliaire de vie se prépare sur 8 mois pour l’obtention en voie directe mais peut aussi se préparer en cours d’emploi ou par la VAE. Les promotions de l’ERFSS accueillent des personnes de 18 à 55 ans venant de tous les horizons. La sélection à la formation passe par une épreuve écrite et une épreuve orale avec un entretien.
« C’est une formation assez intense, dense et riche, souligne Sophie Péan. Onze modules doivent être validés mais le diplôme est en phase d’être réformé avec 6 domaines de formation au lieu des 11 modules actuels. Il y a une exigence à l’écrit au sein de cette formation assez élevée puisque environ 50 % passe par l’écrit. En plus de la formation théorique et des stages, la formation compte aussi un accompagnement individualisé avec trois ateliers ciblés sur la recherche d’emploi afin que les candidats puissent rebondir rapidement sur l’emploi après l’obtention de leur diplôme ». Quelques soient les voies d’accès à la formation, le candidat a cinq ans pour obtenir l’ensemble des modules de la formation.
« L’auxiliaire de vie peut exercer dans tous les services d’aide à domicile, poursuit Sophie Péan. C’est une profession qui exige une grande ouverture d’esprit et d’adaptation. Il faut aussi avoir conscience de l’amplitude des horaires puisque le travail le week-end n’est pas rare. C’est un métier profondément humain qui est entrain d’évoluer où au sein duquel on trouve une vraie éthique professionnelle. D’ailleurs, je constate régulièrement l’épanouissement des anciennes au cœur de ce métier, même si celui-ci demande aussi de faire du ménage ! Mais la relation humaine prend le dessus ».

Assistant(e) de vie

L’assistante de vie a pour rôle d’assister les personnes dans la réalisation des actes les plus importants de leur vie de tous les jours : hygiène, déplacement, entretien, alimentation, loisirs. Une aide précieuse qui permet de contribuer à l’autonomie et donc au maintien à domicile. « L’assistante de vie, explique Christel Butaud, intervient auprès des personnes dépendantes au sens large et uniquement à domicile. Elle peut aussi garder des enfants de trois mois à 10 ans ».
Pour pouvoir accéder à la formation, il faut avoir 18 ans, une expérience professionnelle n’est pas exigée, pas de niveau scolaire non plus mais il faut en revanche satisfaire aux épreuves de sélection (deux écrites et une orale). « La durée de la formation est de six mois et demi et s’achève mi-mai afin que les candidats soient prêts pour les remplacements d’été. La formation est d’environ 840 heures avec une partie théorique et pratique et des stages professionnels comprenant un stage de découverte du métier au domicile des personnes, des stages en crèches, en maternelles et auprès des personnes dépendantes. La moyenne d’âge des candidats est de 35 ans environ et les parcours sont différents puisque l’on peut effectuer cette formation par voie direct, en alternance, dans le cadre de la VAE ou encore en formation complémentaire modulaire ». Employé par des particuliers ou des associations d’aide à domicile, l’assistant (e) de vie commence souvent à temps partiel. Mais peu à peu, les assistants de vie intègrent le circuit et se placent dans plusieurs familles afin de pouvoir travailler à plein temps. Les horaires peuvent être variables et les lieux d’intervention éloignés les uns des autres, surtout en zone rurale.
« Il est vrai que ce métier demande de la mobilité et le sens de l’adaptation, confirme Christel Butaud. Il faut aussi avoir de bonnes qualités relationnelles, le sens de l’écoute, être pratique, flexible et apprécier les tâches ménagères ». Le titre professionnel d’assistant (e)de vie s’obtient sur une validation réalisée tout au long de la formation et une évaluation finale avec une mise en situation pratique, un entretien et une épreuve autour du jeune enfant.


Véronique Blocquaux avec la collaboration de Sophie Péan et de Christel Butaud, référentes pédagogiques à l’ERFSS.

Pour en savoir plus sur l’auxiliaire de vie sociale :

Ecole régionale de formation au service social – Croix Rouge Française : Tours –
02 47 88 43 35
Mail : erfss-met-prox@wanadoo.fr

Institut de travail social – Tours – 02 47 62 33 36

ERTS – CREAI – Olivet – 02 38 69 63 96 ou 02 38 69 17 45

Office départemental d’insertion – Châteauroux – 02 54 53 23 60

Ou encore contacter la Fédération des Employeurs Particuliers et des Employés de maison : 01 42 81 38 75
Site : http://www.fepem.fr


Pour en savoir plus sur l’assistant de vie :

Centre régional d’orientation Professionnelle AFPA – Orléans – 02 38 22 86 87

Ecole régionale de formation au service social – Croix Rouge Française : Tours – 02 47 88 43 33

Formation Accueil Promotion FAP – Montargis – 02 38 85 95 62

Centre de formation continue Ste Croix St Euverte – Orléans – 02 38 52 27 05



Mon espace

Oubli de mot passe S'inscrire