Le CIF CDD jeunes pour évoluer ou changer de métier
 

Le CIF CDD jeunes pour évoluer ou changer de métier

par Kogito pour le GIP Alfa Centre. Le 22/09/14 11:37.
|
Un dispositif pour les moins de 26 ans
Vous souhaitez gagner en expérience, voire vous reconvertir professionnellement ? Depuis deux ans, le CIF CDD jeunes permet aux moins de 26 ans de suivre une formation. Explications et témoignages sur ce dispositif.

Suivre une formation longue quand on est en CDD

"Je voulais me spécialiser dans mon métier et je ne regrette pas ce choix !" Robin, 21 ans, poursuit actuellement un CQPM de soudure (Certificat de Qualification Paritaire de la Métallurgie) à l'AFPI Centre (Association de Formation Professionnelle de l'Industrie). Ce jeune homme déjà titulaire d'un BEP animalier de laboratoire et d'un CAP métallurgie obtenu par la voie de l'alternance a pu se former à son nouveau métier grâce au CIF CDD jeunes. Via ce dispositif créé en novembre 2012, un salarié de moins de 26 ans peut se voir financer une formation dès lors qu'il justifie de 12 mois d'activité salariée dans le secteur privé au cours des 5 dernières années, dont 4 mois de CDD – consécutifs ou non – dans les 12 derniers mois, y compris en contrat d'apprentissage ou de professionnalisation. La durée de formation est d'un an maximum à temps complet et de 1 200 heures pour les formations qui se déroulent à temps partiel. Ce congé de formation peut être utilisé à plusieurs fins : obtenir un niveau de qualification supérieur, perfectionner ses connaissances pour évoluer dans son métier ou se former à une autre activité professionnelle pour se reconvertir.

Tester son projet et démontrer sa motivation

Vous répondez à tous les critères mentionnés ? Sachez que d'autres éléments peuvent jouer en votre faveur au moment de votre demande de financement. "La motivation du candidat est primordiale, rappelle ainsi Jean-Marie Bastiani, directeur du Fongecif Centre, l'organisme paritaire collecteur agréé qui assure l'accès au financement du CIF en région Centre et accompagne les personnes dans l'élaboration et la mise en œuvre des projets. Nous étudions également le degré de réalisme du projet par rapport au marché de l'emploi." Bon à savoir : une personne qui sait où elle va et qui a "testé" son projet en réalisant par exemple une immersion en milieu de travail a potentiellement plus de chance de voir sa demande aboutir. Robin a monté son dossier de demande de CIF CDD jeunes avec l'aide de son conseiller Fongecif. "J'ai rédigé une lettre de motivation et j'ai mis en avant ma connaissance du métier envisagé. C'est en effet au sein même de l'entreprise dans laquelle j'ai fait mon apprentissage en métallurgie que j'ai découvert le métier de soudeur." Deux mois après, le dossier de Robin était accepté. Depuis, il alterne semaines de formation à l'AFPI (Association de Formation Professionnelle de l'Industrie) et stages en entreprises.

Trois quarts des candidats souhaitent se reconvertir

Le parcours de Robin est très représentatif des autres CIF CDD jeunes réalisés ou en cours en région Centre : "75 % des candidats retenus ont déjà à leur actif une première qualification professionnelle et souhaitent se reconvertir, indique Jean-Marie Bastiani du Fongecif. Parmi eux, certains ont fait le choix de changer de voie car ils ne parvenaient pas à trouver un emploi malgré leur qualification initiale, d'autres aspirent à un changement plus radical." "Seuls" 15 % des candidats ayant obtenu un financement ont utilisé le dispositif afin de monter en compétences dans leur métier. Quant aux secteurs demandés, c'est l'hétérogénéité qui prime : "On retrouve toutes sortes de projets : aide à la personne, coiffure, installation thermique, conduite de travaux, métiers du bâtiment, etc. Il y a presque autant de métiers préparés que de candidats !" En 2013, 50 personnes se sont engagées dans un CIF CDD jeunes.

© photo : sjenner13/iStock/Thinkstock

Quelques liens pour aller plus loin

Fongecif Centre – Je suis actuellement salarié en CDD