"Agriculteur, graine d’avenir" : parole aux lauréats du concours
 

"Agriculteur, graine d’avenir" : parole aux lauréats du concours

par Kogito.fr pour le GIP Alfa Centre. Le 12/06/12 09:15. Localisation : 36, 41.
|
Des jeunes témoignent sur leur futur métier et leur projet professionnel
Corentin étudie au LEGTA de Châteauroux, Lola au CFA de Montoire-sur-le-Loir. Leurs classes ont eu les 1ers prix du concours régional "Agriculteur, graine d’avenir". Rencontre après cette aventure qui les a menés à Bruxelles en avril dernier.

Un concours pour les classes en formation agricole

"Agriculteur, graine d’avenir" a été lancé à la rentrée 2011 par la Région Centre. Soutenu par la Commission européenne, ce concours était ouvert aux classes des établissements agricoles. Objectif : exprimer leur vision de leur futur métier et de la politique agricole commune (PAC), pas le biais d’un film court ou d’une affiche. Dix classes y ont participé. Elles ont mené ce travail dans le cadre de l’éducation socioculturelle (ESC), un dispositif spécifique à l’enseignement agricole visant à développer "une ouverture sur le monde et sur la vie". Pour réaliser leurs projets, les élèves étaient aidés par un infographiste, Franck Ternier, et par une équipe des Films de l’Arche. Un jury a sélectionné trois créations dans chaque catégorie (voir le palmarès sur Jeunesocentre.fr via les liens plus bas). La remise des prix s’est déroulée le 14 mars 2012 dans l’hémicycle du Conseil régional. Les deux classes "numéro un" ont remporté chacune 3000€ d’outils numériques et un voyage de trois jours à Bruxelles.

1er prix catégorie "Affiches" : 2de Bac pro CGEA, LEGTA de Châteauroux (36)

"Nous avons été contents de découvrir notre affiche sur les abribus de la ville. C’était une récompense de notre travail" raconte Corentin Peguet, 16 ans, en seconde Bac pro CGEA - système à dominante élevage, au LEGTA de Châteauroux (lycée agricole Naturapolis). Sur cette affiche, un slogan trouvé en commun : "Devenir agriculteur, un métier d’avenir qui nous touche tous". Et la silhouette d’une vache formée de mots : protéger l’environnement, s’investir au quotidien, produire plus produire mieux, travailler à l’extérieur, être solidaire… "Nous avons mis en avant l’animal qui symbolise le plus l’agriculture pour que tout le monde comprenne. L’idée était de motiver les jeunes et de les attirer vers cette profession."
Parmi les 29 élèves de la classe, certains se destinent à d’autres métiers dont assistant vétérinaire. Fils d’éleveur bovin, Corentin a lui "le projet de prendre la suite avec [son] frère" : une ferme de 160 hectares avec 45 vaches laitières normandes, dans le Boischaut Nord (Indre). "Ça fait un peu peur mais c’est un choix conscient, on y croit. Il y aura toujours besoin d’agriculteurs, car il y a aura de plus en plus de monde à nourrir sur la planète." Reste à poursuivre sa formation… "Après le Bac pro, j’hésite entre un BTSA Productions animales et un CS en Conduite de l’élevage laitier", confie Corentin. En futur gestionnaire avisé, il pense aussi faire un CS complémentaire de mécanique agricole*, "une compétence utile sur une exploitation pour faire des économies."
* CS "Tracteurs et machines agricoles, utilisation et maintenance"

1er prix catégorie "Films" : terminale Bac pro CGEA, CFA de Montoire-sur-le-Loir (41)

"Halte aux idées reçues" est une enquête en vidéo réalisée par les 28 apprentis de terminale Bac pro CGEA du CFA de Montoire-sur-le-Loir. En 6,30 minutes, elle s’attache à démonter des clichés sur l’image prétendue du monde agricole : une profession qui salit les routes, qui pollue, où les femmes n’ont pas leur place… "Le concours nous a permis de vérifier ce que les gens pensent des agriculteurs. Les réponses nous ont surpris dans le bon sens. Cela prouve que notre métier mérite d’être reconnu, explique Lola, 19 ans. Ce travail nous a apporté humainement, nous avons appris à faire un film, et celui-ci va peut-être susciter des vocations."
En avril dernier, le premier prix obtenu, la classe a visité Bruxelles, où s’élabore la Politique agricole commune (PAC). "Nous avons rencontré deux députés européens qui prônent les grandes exploitations. Avec l’interlocuteur des syndicats agricoles au Parlement, nous avons parlé de nouvelles lois environnementales, sur le bien-être animal… C’était vraiment très intéressant."
Lola souhaite elle "faire revivre" la ferme familiale située près de Blois, et convertir l’activité actuelle de maraîchage : "Avec ma cousine, on projette de créer une chèvrerie pour faire des fromages en vente directe ; et aussi de cultiver des céréales. La chèvre est notre animal préféré et on aime bien le relationnel." Ainsi selon la jeune fille, "l’agriculture évolue tout le temps. Il faut aujourd’hui plus s’ouvrir, se tourner vers l’environnement…" Elle compte faire un BTSA Analyse et conduite des systèmes d’exploitation (ACSE) "afin de développer [ses] capacités à gérer une entreprise", puis peut-être un CS et une licence professionnelle.

Sigles utilisés
ACSE : Analyse et conduite des systèmes d’exploitation
BTSA : Brevet de technicien supérieur agricole
CFA : Centre de formation d’apprentis
CGEA : Conduite et gestion de l’exploitation agricole
CS : Certificat de spécialisation.
Le CS complète un diplôme agricole acquis préalablement (CAPA, BEPA, Bac Pro, BTS…) C’est un diplôme de niveau IV en élevage, de niveau V en équipements agricoles.
LEGTA : Lycée d’enseignement général et technologique agricole

Quelques liens pour aller plus loin

Le LEGTA de Châteauroux sur le site de Naturapolis (établissement public de formation agricole)
Site du lycée-CFA agricole de Montoire-sur-le-Loir
Jeunesocentre.fr - Dossier consacré au concours "Agriculteur, graine d’avenir"
Centre.educagri.fr - Un bilan du concours